Synopsis

Tracer le portrait du peintre genevois Dominique Appia, c’est explorer l’histoire d’une passion: celle de sa peinture, l’histoire d’une vie, son parcours, sa famille, ses amis, et l’histoire d’une ville de culture, celle de Calvin et de Rousseau, où le succès artistique peut parfois se payer cher.

À 88 ans Dominique Appia part à la rencontre de son œuvre dans un film qui s’annonce comme une invitation au voyage, un voyage sur les pas d’un homme qui a marqué son temps par des oeuvres qui associent à merveille l’hyper réalisme et le surréalisme comme s’il y avait un besoin urgent à dire ce que le voyage tait (les bateaux, les trains, les gares, les voitures, les ouvertures sur le ciel, la mer qui s’invite dans les salons…) Appia peint avec amour, et avec passion. Un épicurien qui marie réflexion et plaisir sans jamais perdre de vue les réalités de son temps.

En un demi-siècle, Appia a apposé sa marque sur Genève par plusieurs œuvres d’envergure, comme la peinture murale de l’Hôtel Métropole, le bassin méditerranéen de Rolex ou le plafond du Victoria Hall.